Le magazine du vélo de montagne (VTT)

Le guide d'achat d'un vélo tout terrrain d'occasion

par

10 commentaires

Choisir Vtt Occasion
  1. Les pièges à éviter à l'achat d'un VTT d'occasion
  2. Points de contrôle sur un VTT d'occasion
  3. Etat général du cadre
  4. Etat des roulements et des axes
  5. Contrôle des suspensions
  6. Contrôle du pédalier et de la transmission
  7. Contrôle des dérailleurs et des passages de vitesses
  8. Contrôle de l'état des freins
  9. Contrôle de l'état des roues
  10. Essai du vélo tout terrain
  11. Remplacement de certaines pièces d'usure
  12. Négocier le prix d'un VTT
  13. Faire réviser votre VTT d'occasion par 1 professionnel
  14. La morale de cette histoire
  15. La morale de cette morale

Cet article fait suite au billet intitulé « faut-il acheter un VTT neuf ou d'occasion »

Un grand merci à Alex du site Bikeo.fr pour son aide et sa relecture de l'article Bikeo

Acheter un vélo tout terrain d'occasion peut être aussi compliqué que d'acheter une voiture. Le matériel est technique et il est difficile pour les non initiés en mécanique cycle de contrôler l'état de leur future acquisition.

Cet article est un guide d'achat de votre VTT d'occasion avec une checklist des points de contrôle à télécharger au format PDF.

Elle pourra vous aider le jour de la visite à ne rien oublier pendant l'inspection du vélo convoité, pour vous faire une idée plus précise de son état et de son juste prix.

Cet article s'adresse aux candidats à l'achat d'un VTT d'occasion relativement récent dans le cadre d'une pratique sportive, pas d'un vieux biclou pour rentrer bourré le samedi soir :-))

Les pièges à éviter à l'achat d'un VTT d'occasion

Lorsque vous décidez pour diverses raisons d'acheter un vélo qui n'est pas neuf, les économies réalisées peuvent être importantes, mais au prix de certaines concessions :

  • Hormis quelques rares marques (Caminade par exemple), la garantie d'un vélo n'est pas cessible, elle est réservée à son premier acquéreur ;
  • Vous ignorez le passé du vélo et l'usage qui en a été fait, même s'il semble en bon état ;
  • En cas de vente par un particulier, vous n'avez pratiquement aucun recours en cas de problème, sauf à démontrer qu'il s'agit d'une escroquerie ou d'une volonté manifeste de dissimuler des vices connus du vendeur (ce n'est pas évident !) ;
Facture d'achat d'un VTT d'occasion
Facture d'achat d'un VTT d'occasion

Pour vous prémunir au maximum, vous devez prendre certaines précautions :

  • Demandez au vendeur de vous fournir la facture d'achat du vélo pour justifier sa provenance (en cas de vélo volé, vous pourriez être accusé de recel). Vous connaîtrez en outre le prix d'achat et pourrez juger du bien fondé du prix de vente ;
  • Demandez également toutes les factures d'entretien du vélo par un professionnel, notamment pour les éléments hydrauliques (fourche, amortisseur, freins, tige de selle télescopique Reverb...) ;
  • Assurez vous de posséder l'identité et les coordonnées du vendeur, ne faites jamais de transactions douteuses sur un coin de table ;
  • Posez des questions élémentaires au vendeur, auxquelles tout propriétaire devrait être capable de répondre : lieu de pratique, kilométrage du vélo, fréquence des entretiens personnels et professionnels, motifs de la vente, s'agit-il d'une première main ? etc ;
  • Inspectez toujours un vélo à la lumière du jour dans des conditions d'éclairage favorables et vérifiez l'ensemble de la visserie.

En outre, soyez attentif(ve) au lieu de stockage du VTT si vous avez rendez-vous chez le vendeur (c'est l'idéal, attention aux lieux de rendez vous suspects qui ne présagent jamais rien de bon). Une cave humide est un mauvais signal, en revanche, si le vendeur dort avec son vélo, c'est un très bon point ;-))

Points de contrôle avant d'acheter un VTT d'occasion

Les VTT modernes peuvent être de véritables bijoux de technologie. Avant de faire l'acquisition d'un vélo tout terrain d'occasion, vous devez impérativement vérifier de nombreux points de contrôle pour vous assurer de l'état du vélo.

Pensez également à vérifier qu'il est à votre taille et à contrôler son poids : le vendeur dispose sans doute d'une balance et il ne vous viendrait certainement pas à l'idée d'acheter un vélo neuf sans cette information.

Etat général du cadre

Le cadre est une pièce maîtresse du point de vue de la sécurité. Tous les éléments périphériques du vélo viennent se fixer dessus et il subit d'énormes contraintes mécaniques à l'usage (sauts, chocs divers, vibrations, poids du pilote...).

C'est la première chose à vérifier lorsque vous achetez un vélo d'occasion, et notamment les points suivants :

  • Etat de la peinture ou présence de rouille qui témoignent du soin du propriétaire. La présence d'impacts importants peut être le signe de "traumatismes" sous jacents ;
  • Faites attention aux autocollants rajoutés qui pourraient cacher des fêlures du cadre ;
  • Contrôlez minutieusement les points de soudure (ou les raccords collés pour les cadres carbone) ;
  • Soyez attentif(ive) aux déformations éventuelles du top tube horizontal, du boîtier de pédalier et du triangle arrière (haubans et bases) ;
  • Attention aux numéros de série limés ou re-frappés artisanalement et aux cadres repeints : au moindre doute passez votre chemin.
  • Pour les cadres en matériaux composites, vérifier l'état du carbone et l'absence de ruptures de fibres ;

Ne vous contentez pas d'observer, mais touchez et retournez le vélo. Faites glisser vos doigts sur toute la surface du cadre pour détecter des déformations ou des fibres carbone fragilisées par exemple. Observez également en lumière rasante pour faire ressortir les défauts, une fissure peut être difficile à déceler.

Etat des roulements à billes et des axes

Les roulements à billes et les axes sont également d'excellents indicateurs de l'état d'un vélo, de son état d'usure, de son entretien et de ses conditions de stockage. Ce sont des pièces particulièrement sollicitées et qui craignent l'humidité, la rouille et les corps étrangers tels que le sable.

Testez systématiquement toutes les parties mobiles montées sur axes ou roulements à billes, avec un soin particulier pour les points suivants :

  • Contrôler la direction du vélo :
    Levez la roue avant, vélo en position verticale en appui sur sa roue arrière, faites tourner le guidon de gauche à droite plusieurs fois, avec une amplitude maximale. Vous ne devez ressentir ni résistance ni grattements et le mouvement doit être parfaitement fluide.
    Ensuite, vélo posé sur ses 2 roues, bloquez le frein avant et faites des mouvements de va et vient assez secs en tenant le vélo sous la selle. Il ne doit y avoir aucun jeu dans la direction, ni sur la fourche, ni au niveau des freins.
  • Contrôler les articulations du cadre :
    C'est surtout les VTT tout suspendus qui sont concernés car le triangle arrière est mobile autour de différents points de pivot pour permettre à l'amortisseur de fonctionner. En tenant fermement le vélo dans une main, exercez des contraintes latérales sur le cadre avec l'autre main, en cisaillement, pour vérifier l'absence de jeu.
    Soulevez le vélo en le tenant par l'arrière de la selle sans décoller les roues puis relâchez. Répéter le mouvement avec plus ou moins d'amplitude pour contrôler la présence de jeu dans le plan vertical.

Contrôle des suspensions

Selon que votre futur vélo soit un semi-rigide ou un VTT tout suspendu, il possède 1 ou 2 suspensions qu'il convient de vérifier. Le prix de ces éléments représente une part importante du prix d'un vélo et il ne faut pas les négliger.

  • Contrôle de la fourche avant :
    Vérifier l'état de surface des plongeurs (tubes qui s'enfoncent pour absorber les chocs). Il ne doivent surtout pas avoir de rayures qui nuiraient à leur bon fonctionnement, être propres et coulisser parfaitement et en silence lorsque vous exercez une pression sur le cintre (guidon) du vélo puis relâchant d'un coup sec.
    Vérifiez l'absence de jeu avant-arrière au niveau des plongeurs (potentiellement déjà détecté lors du test de la direction).
  • Contrôle de l'amortisseur arrière pour les tout suspendus :
    Tout comme les plongeurs de la fourche, le piston de l'amortisseur doit être impeccable et coulisser parfaitement en silence. Testez le avec votre poids de corps en montant et en sautillant sur le vélo, assis(e) sur la selle.
Amortisseur Fox/Specialized avec Brain + Autosag
Amortisseur Fox/Specialized avec Brain + Autosag

Aussi bien pour la fourche avant que pour l'amortisseur arrière, vérifiez impérativement :

  • Les joints / soufflets anti-poussière : usés ou secs, ils peuvent démontrer un défaut de nettoyage et d'entretien, ou l'utilisation de lubrifiants non adaptés ;
  • L'absence de dépôts d'huile qui pourraient indiquer que les joints fuient (traces sur les fourreaux par exemple) ;
  • L'absence de jeu au niveau des fixations de l'amortisseur arrière, des axes des points de pivot et du basculeur (si c'est du chinois, vous pouvez tout savoir sur les cadres suspendus ici) ;
  • Tous les réglages proposés sur les suspensions (pression, pré-contrainte, rebond, réglages de débattement pour les fourches talas...) ;
  • Demandez les factures de révision selon l'âge et le kilométrage du vélo. En théorie, sur un vélo qui roule régulièrement, les fourches et amortisseurs doivent être révisés tous les ans par un professionnel.

Contrôle du pédalier et de la transmission

Commencez par vérifier l'état des plateaux et des pignons. Des dents tordues ou cassées indiquent de graves défauts d'entretien et remettent sérieusement en cause votre achat.

Mais ces signes évidents ne sont pas suffisants. Une usure trop importante des plateaux / pignons pourrait augmenter sérieusement votre budget remise en état du vélo. Vous pouvez le détecter si les dents sont pointues par exemple.

Un bon indicateur est l'usure de la chaîne : son allongement entraîne une usure prématurée des éléments de la transmission et empêchent son bon positionnement sur le plateau. Une chaîne usée ne signifie par forcément que la transmission est endommagée, mais si le propriétaire du vélo a persisté en roulant avec une chaîne hors d'âge, il y a probablement des dégâts. Voici un très bon article pour tester l'usure d'une chaîne de vélo, avec un accessoire bon marché.

Pour vous assurer du bon état de la transmission de votre futur vélo, vous devez également :

  • Exercer une pression latérale sur les manivelles pour détecter un possible jeu au niveau du boîtier de pédalier, (parfois réglable) ;
  • Faire tourner les pédales à vide pour ressentir les éventuels problèmes de roulements à billes. Tourner les pédales en sens inverse peut également dévoiler des problèmes de dérailleur si la chaîne se bloque ou saute ;
  • Vérifier systématiquement les vis BTR dont la tête serait arrondie, ce qui vous interdirait tout démontage ultérieur ;
  • Démonter et remonter les pédales pour vérifier le filetage, envisagez systématiquement de les changer si leur état semble compromis ;
  • Vérifier la présence d'impacts sur les extrémités des manivelles ainsi que leur usure latérale (chaussure / manivelle). Cela peut permettre de corréler le kilométrage annoncé du vélo ainsi que le type de pratique.
Dérailleur avant avec pédalier / transmission
Dérailleur avant avec pédalier / transmission

Contrôle des dérailleurs et des passages de vitesses

Vous pouvez commencer par un simple contrôle visuel en vérifiant les alignements dans l'axe de la chaîne. La patte du dérailleur arrière a pu subir des chocs, vérifiez qu'elle n'est pas tordue. Si vous avez un peu de chance, le vendeur aura peut-être même une patte de dérailleur d'avance à vous donner.

Si tout semble normal à l'oeil nu sur les 2 dérailleurs avant et arrière, contrôlez l'absence de jeu excessif en les bougeant à la main. Les ressorts de rappel doivent fonctionner normalement.

Testez ensuite le passage de toutes les vitesses sur tous les plateauxen prenant soin d'essayer toutes le maximum de combinaisons possibles. C'est souvent sur les extrêmes que vous pourrez détecter un problème. En cas de dysfonctionnement, tentez un réglage des dérailleurs pour savoir s'ils sont défectueux. Avec certaines marques, on ne peut pas croiser au maximum les vitesses sur les triples plateaux.

Une vérification simple permet aussi de vérifier que le vélo est entretenu régulièrement (pas uniquement une fois par an) : contrôlez les galets du dérailleur arrière. La présence de graisse sur les galets ne trompe pas, elle s'incruste toujours et un démontage est nécessaire pour nettoyer correctement. Si c'est propre, l'entretien est probablement fait régulièrement.

Enfin, vérifiez les leviers de changement de vitesses et l'indexation, ainsi que l'état des câbles.

Contrôle de l'état des freins

Pour les freins cantilever ou v-brake, en voie de disparition, il faut vérifier l'état des patins, des câbles et surtout du flan des jantes (surface d'appui des patins) qui ne doivent pas être creusés. On peut le vérifier au toucher en passant son doigt.

Pour les freins à disque devenus la norme pour tout VTT autre que les entrées de gammes grand public, les vérifications sont plus techniques. Les premiers points à vérifier sont l'usure des plaquettes, l'état des disques (voile + usure) et l'absence de frottements lors de la rotation.

Attention, le standard POSTMOUNT pour le montage des étriers de freins est devenu la norme adoptée quasiment par tous. L'ancien Standard International (standard IS) sera amené à disparaître et vous aurez dans ce cas besoin de vous procurer des adaptateurs pour remplacer vos freins.

Freins à disques hydrauliques pour VTT
Freins à disques hydrauliques pour VTT

Pour les freins hydrauliques, vous devez actionner les leviers de freins qui ne doivent pas être trop souples ou écraser vos doigts. Certains modèles proposent des réglages de la garde, mais un excès de souplesse pourrait indiquer qu'il y a de l'air dans le circuit hydraulique et qu'une purge est nécessaire avec un remplacement du liquide (opération technique si vous ne l'avez jamais fait).

En outre, la présence éventuelle d'oxydation sur les parties métalliques des durites (extrémités) signifierait qu'il y a eu une fuite ou une purge pas très soignée.

Contrôle de l'état des roues

Les roues d'un VTT sont constituées des jantes, des pneus, de la cassette avec la roue libre (roue arrière) et des axesqui permettent de fixer les roues au cadre du vélo.

Démontez les roues du vélo et faites les tourner manuellement autour de leur axe pour vérifier l'état des roulements et des cliquets de la roue libre. Elles doivent tourner parfaitement sans aucune résistance et vous devez entendre un cliquetis régulier : il ne doit pas manquer de clics dans le tempo, sinon, cela signifie qu'au moins une liaison ou le ressort de tension sont endommagés.

Vous devez également vérifier les éléments suivants :

  • L'absence de voile ou de plats sur les roues en rotation ;
  • L'absence de jeu entre la cassette et le corps du moyeu (en venant en butée sur le cliquet) ;
  • L'état des écrous de fixation : s'il sont usés ou usinés, il y a eu des réglages pas vraiment soignés ;
  • L'état des pneus et l'usure des crampons (attention au prix des pneus neufs de plusieurs dizaines d'euro pièce selon les modèles) :

Demandez au vendeur s'il dispose de rayons de rechange qui sont parfois fournis avec certains modèles de jantes.

Roues VTT Roval Control Trail
Roues VTT Roval Control Trail

Ensuite, remontez les roues sur le vélo et exercez une pression latérale en aller retour sur la jante, en tenant le cadre de l'autre main. Vous devez vous assurer de l'absence de jeu et de la bonne rigidité latérale des jantes. Les plus pointus vérifierons la tension des rayons mais cela demande des compétences particulières que tout le monde n'a pas.

Essai du vélo tout terrain

Lorsque vous avez terminé de vérifier tous les points de contrôle pré-cités, essayez le VTT d'abord sur route pour ne pas être gêné par des bruits parasites liés au relief du terrain. Lorsque c'est terminé, essayez si possible le vélo sur chemin accidenté (à défaut, sauter quelques trottoirs ou petits obstacles). Essayez également de vous mettre en danseuse pour juger la rigidité du cadre et votre aisance sur le vélo.

Pendant votre essai, sollicitez tous les organes du vélo : amortisseurs, freins, dérailleurs... dans toutes les configurations possibles. Profitez en pour faire quelques réglages de position et vérifier que la taille du cadre et la cinématique vous conviennent.

Remplacement de certaines pièces d'usure

En cas de doute, si le vendeur ne peut pas justifier le remplacement de certaines pièces d'usure, n'hésitez pas à prévoir un budget complémentaire pour votre sécurité.

Par exemple, sur les VTT d'enduro ou de DH, prévoyez de changer le cintre si celui-ci n'a pas été remplacé récemment sur un vélo qui a des heures de vol. Vous pourriez vous faire très mal en cas de rupture à pleine vitesse ou sur une réception de saut.

Négocier le prix d'un VTT d'occasion

Pendant votre inspection, vous allez forcément trouver des points négatifs. En fonction du prix de vente, de l'âge et du kilométrage du vélo, vous pouvez utiliser ces points faibles pour tenter de négocier le prix à la baisse ou renoncer s'il est disproportionné.

Intégrez bien à votre budget les évolutions et remplacements de pièces détachées et accessoires que vous estimez indispensables.

Faire réviser un VTT d'occasion par un professionnel

Vous ne trouverez sans doute pas de vélociste prêt à vous accompagner pour un achat d'occasion en dehors des réseaux professionnels (magasins par exemple). Vous devrez donc vous débrouiller seul(e) ou vous faire conseiller par des ami(e)s.

Télécharger la checklist des points de contrôle pour acheter un VTT d'occasion.

La morale de cette histoire

Si vous n'êtes pas à l'aise avec la mécanique du cycle, après votre achat, vous pourrez faire réviser votre vélo par un professionnel avant de partir rouler avec. Vous aurez ainsi la garantie qu'il est en parfait état de fonctionnement, mais attention, s'il trouve de graves anomalies, le vendeur refusera sans doute de le reprendre.

La morale de cette morale

Si vous craignez de ne pas pouvoir faire un choix éclairé pour l'achat de votre VTT d'occasion, ne prenez pas de risques : adressez vous à un professionnel !
Vous paierez votre vélo (peut être) un poil plus cher mais avec toutes les garanties de bon fonctionnement et une facture. Finalement, ce n'est pas si différent de l'achat d'une voiture : quelques connaissances techniques et beaucoup de bon sens.

N'oubliez jamais qu'on réalise une bonne transaction lorsque acheteur et vendeur sont satisfaits !
Cet article vous a plu ? Aidez nous à la faire connaître en le partageant sur les réseaux sociaux.