Le magazine du vélo de montagne (VTT)

Checklist du matériel nécessaire pour rouler en VTT

par

17 commentaires

Cle Vtt
  1. Pourquoi préparer vos sorties en VTT ?
  2. Le matériel technique pour le VTT
  3. Alimentation et hydratation du pilote
  4. Habillement et confort du pilote
  5. Sécurité et protection du pilote
  6. Orientation et itinéraire
  7. Récapitulatif du matériel du vététiste
  8. Partage d'expérience

Vous pratiquez le VTT depuis peu et vous vous demandez ce que vous devez emmener dans votre sac ?

Cet article établit une liste (non exhaustive) du matos à toujours avoir sur soi au cours d'une sortie de Vélo Tout Terrain. Nous détaillerons le matériel en fonction de son caractère facultatif ou obligatoire, selon le type de sortie.

Pourquoi préparer vos sorties en VTT ?

Lorsque vous partez en randonnée, vous vous trouvez souvent dans des zones isolées et/ou inaccessibles, ce qui suppose un minimum d'autonomie pour votre sécurité.

Nous allons différencier la technique (entretien et réparation du vélo) de la sécurité et du bien être du pilote (alimentation, protections...).

Pour établir cette liste, nous sommes partis de l'hypothèse que vous avez une pratique classique du VTT en cross country (XC), en excluant toutes les pratiques plus extrêmes qui nécessitent du matériel spécifique (dirt, enduro, DH...).

Pour les plus pressés qui n'ont pas le temps de lire l'article, vous pouvez télécharger la Check List du vététiste au format PDF.

Le matériel technique pour le VTT

Votre VTT n'est pas infaillible et même bien entretenu ou récent, vous n'êtes pas à l'abri d'une casse matériel suite à une chute ou à une mauvaise rencontre avec une souche.

Les crevaisons sont monnaie courante dans certaines régions ou à certaines périodes de l'année (châtaignes au sol par exemple). Vous devez donc être capable de parer au plus pressé pour rentrer à bon port en cas de souci.

Fond de sac du vététiste
Le matériel indispensable au vététiste lors de ses randonnées

Liste du matériel technique recommandé :

  • Une pompe pour votre vélo (ou des recharges de gaz avec ou sans liquide préventif).
  • Une chambre à air de rechange.
    Généralement, lorsqu'on crève, on ne répare pas la chambre à air pour gagner du temps. Il est plus rapide de la remplacer et de gérer les réparations une fois de retour, au calme dans un lieu adapté pour bricoler.
  • Un kit de réparation de chambre à air qui comprend des rustines, de la colle et un grattoir pour poncer la chambre à air avant collage.
    Le kit de réparation sert surtout en cas de crevaisons multiples, lorsqu'il n'est plus possible de remplacer la chambre à air. Pour les pneus tubeless (définition tubeless), il existe des kits de réparation spécifiques.
  • Un jeu de démonte pneus en plastique (pas de métal qui peut endommager le pneu ou la chambre à air).
  • Un kit multi-outils avec un dérive chaîne comme celui qui illustre l'article.
    Un jeu de clés 6 pans et Torx permet de manipuler la majorité des pièces du vélo et sera indispensable en cas de pépin.
  • Quelques maillons rapides pour réparer votre chaîne en cas de casse.
  • De la cordelette solide. Légère, elle peut s'avérer très utile.
  • Quelques petits serflex pour refixer compteurs et autres éléments du vélo qui en auraient besoin.

Liste du matériel technique facultatif en fonction de vos pratiques :

  • Une pince multifonction pliable avec une lame de couteau.
    C'est un poids supplémentaire, mais pour retirer une grosse épine du pneu, redresser un élément mécanique tordu ou tout autre travail de préhension, c'est très utile.
  • Un pneu léger plié très serré (tenu par un serflex par exemple).
    C'est vraiment facultatif, plutôt réservé aux longues sorties dans des lieux isolés (non carrossables pour une éventuelle récupération par un véhicule motorisé). Il est possible d'éventrer complètement un pneu et qu'il ne soit plus réparable. Un pneu de secours permet au moins de rentrer doucement à la maison. Il est délicat de pousser un vélo à plat sur 20 kilomètres dans des terrains accidentés !
  • Une patte de dérailleur de rechange pour les sorties éloignées (rajouté le 04/05/13 suite au commentaire de MATTHIEU).

Bien entendu, il n'est pas possible d'anticiper toutes les pannes. Si vous pliez le cadre du vélo ou cassez complètement une jante, il sera très difficile de s'en sortir par ses propres moyens, mais c'est tout de même très rare.

Alimentation et hydratation du pilote

Lorsque l'on produit un effort de longue durée, il est indispensable de s'hydrater et de se nourrir très régulièrement. C'est d'autant plus vrai lorsque l'effort est intense et prolongé.

Pour rouler dans les meilleures conditions, vous devriez au minimum avoir dans votre sac :

Pour les longues sorties ou les compétitions, il est possible d'ajouter dans l'eau des adjuvants qui favorisent la récupération et apportent un complément énergétique ou de sels minéraux par exemple.

Habillement et confort du pilote

Selon la saison, vous devez prévoir des vêtements adaptés et suffisamment chauds ou légers en fonction des températures et de votre lieu de pratique. Il est toujours utile de prévoir une couche supplémentaire qui servira en cas de retard sur l'horaire ou de changement météorologique imprévu.

Pour vous éviter des douleurs désagréables au périnée (entre-jambes qui frotte sur la selle), pensez à vous équiper d'un cuissard ou d'un sous short avec une protection renforcée. Évitez les produits bas de gamme qui protègent peu, la qualité et la densité des mousses est essentielle pour assurer un bon confort.

Il n'y a pas de liste type des vêtements que vous pouvez emporter en VTT, mais privilégiez des couches respirantes qui évacuent la transpiration (sous vêtements en polyester, membranes respirantes ou wind stopper...).

N'oubliez pas que le poids est l'ennemi du cycliste et qu'il vous faudra transporter cet équipement. Des marques se sont spécialisées pour fournir des produits adaptés de haute technicité, mais leur prix est souvent élevé pour le pratiquant occasionnel.

Enfin, détail non essentiel mais bien pratique, pensez à mettre en fond de sac le minimum pour l'hygiène intime, nous ne rentrerons pas dans les détails.

Sécurité et protection du pilote

Le VTT est potentiellement un sport à risque en raison des chutes et des obstacles naturels. Il est de bon augure d'utiliser des protections adaptées :

  • Un casque de VTT, léger et ventilé.
  • Des gants pour protéger les mains.
  • Des lunettes ou un masque qui peuvent être teintés ou non selon la saison.
    Cet accessoire est essentiel car vos yeux sont fragiles. Ils peuvent être accrochés par des ronces, des branches basses, recevoir des projections de boue, des graviers ou des insectes lorsque vous roulez à grande vitesse.
  • Une trousse à pharmacie de base pour parer au plus pressé.
    Prévoir à l'intérieur compresses, pansements étanches, antiseptique, bandages, couverture de survie, ciseaux...).
  • Il est judicieux de partir avec un téléphone portable pour demander de l'aide en cas de besoin.

Complément de matériel pour les sorties lointaines ou en montagne :

  • Un briquet (pas pour fumer, mais il peut être utile).
  • Des pastilles pour purifier l'eau.
  • Un sifflet pour vous faire repérer.

De manière facultative, en fonction de votre pratique et de votre sensibilité au risque, vous pouvez également prévoir :

  • Des genouillères et coudières.
    Ce type de protection peut rapidement s'avérer très chaud l'été et désagréable à porter au pédalage. Vous ne porterez pas des protections qui vous font souffrir. Privilégiez des modèles haut de gamme en gel liquide durcissant lors des impacts. Il existe des modèles plus ou moins protecteurs pour les tibias et les avants bras, plutôt réservés à la descente.
  • Un sous short matelassé pour protéger vos hanches et vos cuisses en cas de chute.
    Ces zones du corps sont souvent le siège de brûlures longues à cicatriser. Ce type de protection peut être utile sur des sorties avec de gros dénivelés négatifs où les risques de chute sont important si vous êtes un peu casse-cou.
  • Une protection dorsale ou intégrale pour protéger le haut du corps.
    Nous n'allons pas nous attarder dessus, ces protections sont réservées à des pratiques engagées où le risque de chute est élevé. Si vous avez un bon sac à dos, il vous protège déjà partiellement la colonne vertébrale (attention, ce n'est pas aussi efficace qu'une coque dorsale).
  • Un casque intégral pour protéger le bas du visage.

En complément de ce kit de base, vous pouvez avoir besoin d'être visible :

  • Un éclairage VTT si vous roulez la nuit sur la voie publique.
  • Un gilet jaune réfléchissant si vous roulez de nuit ou par faible visibilité.
  • Un éclairage d'appoint (lampe frontale par exemple) qui peut être utile en cas de rentrée tardive l'hiver (crevaison, retard...).

Orientation et itinéraire

Si vous ne connaissez pas parfaitement votre parcours, vous aurez besoin d'outils de navigation. La palette des outils disponibles est très large et c'est à vous de déterminer vos préférences en la matière :

  • Un GPS de randonnée avec suffisamment d'autonomie pour couvrir largement la durée de votre sortie.
    Certains smartphone proposent ce type de fonctionnalités.
  • Une carte éventuellement accompagnée d'une boussole et d'un altimètre en montagne.

Dans tous les cas, vous devez posséder des notions minimales d'orientation et savoir vous servir de votre matériel. Il est utile de rappeler que l'électronique peut s'avérer défaillant et qu'une carte de sécurité est nécessaire dans les lieux reculés.

Récapitulatif du matériel du vététiste

Vous l'avez compris, selon votre niveau technique et la nature de vos pratiques, la liste du matériel à emporter avec soi est vaste. En voici un récapitulatif :

Matériel technique pour le vélo :

  • Une pompe pour votre vélo (ou autre système de gonflage) ;
  • Une chambre à air de rechange ;
  • Un kit de réparation de chambre à air avec rustines, colle et grattoir ;
  • Un jeu de démonte pneus en plastique ;
  • Un kit multi-outils avec un dérive chaîne ;
  • Quelques maillons rapides pour chaîne de vélo ;
  • De la cordelette solide ;
  • Quelques petits serflex pour refixer compteurs et autres éléments du vélo ;

Equipement du pilote :

  • De l'eau en quantité suffisante (gourde + bouteille ou camelbak) ;
  • Barres de céréales ou autre alimentation adaptée à l'effort ;
  • Des vêtements complémentaires en fonction du lieu, des prévisions météo et de la saison ;
  • Un casque de VTT, léger et ventilé ;
  • Des gants pour protéger les mains ;
  • Des lunettes ou un masque pour protéger vos yeux ;
  • Une trousse à pharmacie ;
  • Un téléphone portable pour demander de l'aide en cas de besoin ;
  • Un GPS de randonnée ;
  • Une carte éventuellement accompagnée d'une boussole et d'un altimètre en montagne.

Matériel facultatif :

  • Une pince multifonction pliable avec une lame de couteau ;
  • Un pneu léger de rechange ;
  • Un briquet ;
  • Des pastilles pour purifier l'eau ;
  • Un sifflet ;
  • Des genouillères et coudières ;
  • Un sous short matelassé pour protéger vos hanches ;
  • Une coque dorsale ou intégrale pour protéger le haut du corps ;
  • Un éclairage si vous roulez la nuit sur la voie publique ;
  • Un gilet jaune réfléchissant ;
  • Un éclairage d'appoint ;

Pour faciliter le contrôle de votre matériel avant une sortie, vous pouvez télécharger la check list au format PDF :

Télécharger la Check List du vététiste

Partage d'expérience

Cette liste n'a pas vocation à être exhaustive ou limitative. Si vous pensez que nous avons oublié des éléments importants ou si votre point de vue diffère, n'hésitez pas à nous en faire part en commentaires.

Et surtout, n'oubliez pas de partager cet article :-)