Le magazine du vélo de montagne (VTT)

Bien choisir son VTT est indispensable pour le plaisir de rouler

par

20 commentaires

Acheter Un Vtt
  1. Déterminer votre type de pratique
  2. Déterminer vos besoins et votre budget
  3. Choisir un VTT en vidéo
  4. VTT semi-rigide ou tout suspendu ?
  5. Les VTT semi-rigides
  6. Les VTT tout suspendu
  7. Quelle configuration technique ?
  8. Choisir la taille du cadre
  9. Cadre acier, aluminium ou carbone ?
  10. Débattement des suspensions
  11. Freins à disques ou freins v-brake ?
  12. Choix des roues
  13. Choix des pneus
  14. Pédales automatiques ou pas ?
  15. Choix de la transmission

Si vous envisagez de changer de VTT ou si vous souhaitez réaliser votre premier achat, vous devez vous poser la question de quel vélo tout terrain acheter, et surtout comment le choisir.

Il existe des milliers de modèles à tous les prix, tous très différents.

Cet article vous guide dans la jungle du matériel et vous aide à faire le bon choix pour acheter votre futur mountain bike.

Déterminer votre type de pratique vététiste

Le vélo tout terrain n'est pas une discipline unique. Il rassemble une miriade de pratiques : le cross-country (ou X-country, ou XC), la randonnée (ou X-country marathon), la descente (DH), l’enduro, le trial et le dirt.

Nous laisserons de côté le trial et le dirt, qui nécessitent du matériel et des aptitudes particulières.

Ces différentes pratiques correspondent à des disciplines "normées" de compétition. Néanmoins, nous pourrions intercaler le All Mountain entre le X-country marathon et l'enduro, mais également le Free Ride entre l'enduro et la DH.

Vous êtes perdu(e) ? La frontière entre ces différentes disciplines n'est pas toujours totalement étanche. Hors compétitions, c'est la raison pour laquelle nous parlons régulièrement de VTT All Mountain (comprenez polyvalent sur tout type de terrain, plutôt montagneux) et de Free Ride qui se pratique plutôt avec des VTT de DH ou d'enduro.

Pour faire simple et schématique, voici comment évaluer votre type de pratique :

  • Vous évoluez sur des terrains vallonnés, relativement roulants sans reliefs trop accidentés
    En fonction de la distance, votre pratique sera plutôt de type X-country ou X-country marathon. Dans ce cas, le type de VTT le plus indiqué sera un semi-rigide (seule la fourche dispose d'une suspension). Nous y reviendrons ultérieurement.
  • Vous évoluez sur des terrains accidentés ou de montagne
    Dans ce cas, vous aurez une pratique plutôt typée All Mountain qui nécessite un vélo polyvalent et tout suspendu pour encaisser les chocs.
  • Vous évoluez essentiellement sur des profils de pente descendants et cassants
    Typiquement en montagne, dans des stations de ski par exemple, en utilisant les remontées mécaniques et/ou les bike parks. Dans ce cas, il faudra vous orienter vers un modèle de VTT dédié à la DH ou au gros enduro.

C'est déjà plus simple présenté comme ça non ? Ne perdez jamais de vue qu'au fil du temps et de vos progrès (eux mêmes aidés par du matériel plus performant), votre pratique évoluera.

Vous devez essayer d'anticiper au mieux cette évolution en fonction de vos envies avant d'acquérir votre matériel, au risque qu'il ne devienne rapidement obsolète.

Déterminer vos besoins et votre budget pour votre VTT

En fonction de votre type de pratique, vous allez pouvoir affiner vos besoins techniques pour votre futur bike, qui eux même vont définir votre budget. S'il est très restreint, votre gamme de choix le sera également et vous aurez plus de mal à trouver un modèle parfaitement adapté.

Types de VTT
Principaux types de vélos tout terrain

Plusieurs questions à vous poser pour évaluer le type de VTT qu'il vous faut :

  • Est ce une pratique loisirs ou compétition ?
    En compétition, le poids et la rigidité du bike seront essentiels dans votre choix. Généralement, la note est salée lorsque vous avez des objectifs de performance.
  • Sur quel type de terrain vais-je principalement évoluer ?
    Le terrain dominant va vous indiquer vers quel modèle vous devez vous orienter.
  • Sur quel type de terrain vais-je exceptionnellement évoluer ?
    Si vous roulez essentiellement en randonnée sur des terrains variés mais pas trop accidentés par exemple, vous aurez peut être envie de temps à autre de rouler en montagne. Dans ce cas, sans changer de catégorie, il vous faudra peut être gonfler un poil les mensurations du vélo !
  • Quelle importance j'attache au confort ?
    Selon le modèle de VTT que vous choisirez, il sera plus ou moins confortable mais également plus ou moins lourd...
  • Quel est mon niveau technique ?
    Un très bon niveau technique nécessite du très bon matériel pour l'exploiter pleinement. A l'inverse, un débutant sentira moins les différences entre plusieurs modèles, mais ne partez pas trop juste non plus pour ne pas risquer de freiner votre progression.
  • Quelle est ma condition physique ?
    Votre condition physique détermine quelle pratique vous pouvez ou non envisager (distance, dénivelé...), et quel type de vélo vous pourrez piloter en fonction de son poids. Certes la condition physique évolue avec l'entrainement, mais votre capacité d'entraînement dépend directement de la question suivante.
  • De combien de temps je dispose chaque jour / semaine / mois / année pour m'entraîner ?
    Si vous envisagez de faire 120 km par semaine, vous n'aurez pas le même niveau ni la même condition que si vous faites 250 km dans l'année. Pour rouler régulièrement, il faut du temps et de la motivation, n'occultez pas ce paramètre.

Voilà qui devrait vous aider à optimiser votre achat, tant sur le plan technique (performances, terrain de prédilection, poids...) que sur le plan budgétaire. Lorsque vous aurez déterminé tout ça, vous serez à même de vous faire conseiller correctement par un professionnel du cycle et/ou de poser des questions sur internet pour vous faire aider par la communauté VTT.

N'achetez jamais un vélo sans avoir pu l'essayer une journée (vélo test, location...)

Choisir un VTT en vidéo

Voici une vidéo de Rémy ABSALON, champion titré en descente qu'on ne présente plus !

VTT semi-rigide ou tout suspendu ?

Nous partons du principe que tous les vélos modernes dédiés à la pratique sportive du tout terrain disposent d'une fourche avant amortie. Nous allons classer les VTT en deux grandes catégories.

Les VTT semi-rigides

VTT semi-rigide Caminade
VTT semi-rigide de marque Caminade

Un VTT semi-rigide, comme son nom l'indique, ne possède une suspension qu'à l'avant, au niveau de sa fourche. Ces modèles ont plusieurs qualités intrinsèques et ils sont adaptés à une pratique sportive sur terrains pas trop accidentés :

  • L'absence de suspension à l'arrière rigidifie le cadre, avec pour avantage d'être plus efficace au pédalage car toute l'énergie est retransmise directement au vélo (pas d'effets de pompage) ;
  • Un cadre rigide est également plus léger et moins cher que son homologue tout suspendu.

Les VTT tout suspendu

VTT tout suspendu Caminade
VTT tout suspendu de marque Caminade

Ces modèles possèdent un double système de suspension : un système d'amortissement sur la fourche comme un semi-rigide et un autre sur le cadre pour les chocs exercés sur la roue arrière. Ils sont adaptés à des pratiques sur des terrains difficiles, plus ou moins accidentés selon la solidité du cadre et le débattement des suspensions.

Un cadre tout suspendu est plus lourd et plus cher qu'un semi-rigide, mais il possède aussi de grandes qualités.

  • Un meilleur confort ;
  • Une meilleure motricité (la roue arrière reste plaquée au sol) dans les terrains difficiles et à pleine vitesse ;
  • Une plus grande tolérance aux chocs.

Néanmoins, les vélos tout suspendu ont un inconvénient qui est l'effet de pompage. Une partie de la puissance du pédalage est perdue dans la compression de l'amortisseur (perte d'énergie). Le pédalage est donc moins efficace avec un cadre suspendu, raison pour laquelle les compétiteurs X-country roulent généralement sur des semi-rigides.

Toutefois, les évolutions technologiques ont permis le développement de systèmes anti pompage efficaces (NEUF, Propedal, Brain...) en travaillant la cinématique des vélos.

A partir de ces 2 catégories de VTT, ce sont les paramètres techniques de leur configuration qui permettent de déterminer la pratique la plus adaptée (débattement des suspensions, matériaux du cadre, cinématique...).

Quelle configuration technique pour mon VTT ?

Lorsque vous aurez déterminé votre pratique dominante, votre budget et tous les points évoqués ci-avant, vous saurez si vous optez pour un semi-rigide ou un tout suspendu. Dès lors, vous allez devoir faire des choix techniques pour choisir le modèle et la marque définitif de votre future monture.

  • Choisir la taille du cadre
    Il existe généralement 4 grandes tailles de cadres : S, M, L ou XL. Ce choix est fondamental pour votre confort et le plaisir de pilotage. Demandez conseil, chaque marque possède des tableaux de correspondance en fonction de votre morphologie.
    Au delà de la taille du cadre, c'est toutes ses cotes qui sont importantes car elles conditionnent la position du pilote et la maniabilité du vélo. Sachez qu'il est également possible de réaliser une étude posturale.
  • Cadre acier, aluminium ou carbone ?
    Cette question répond à la problématique du poids du vélo, l'acier étant le plus lourd, le carbone le plus léger et le plus cher. Néanmoins, l'acier est rigide, robuste et réparable. L'aluminium est plus fragile mais plus confortable que le carbone, très rigide, qui lui est destiné à la performance pure.
  • Débattement des suspensions
    Une pratique cross-country se contente généralement d'une fourche 80 à 100 mm. Entre 120 et 140 mm de débattement, nous sommes plus sur une pratique All Mountain, entre 160 et 180 mm sur une pratique enduro et au delà de 200 mm sur de la DH (descente). Généralement, le débattement de l'amortisseur arrière est indexé sur celui de la fourche.
  • Freins à disques ou freins v-brake ?
    Nous pouvons dire que pour une pratique sportive classique du VTT, les freins v-brake (système historique) sont à proscrire car peu efficaces, surtout mouillés. Les freins à disques sont beaucoup plus puissants et suffisamment accessibles pour être un choix par défaut. Privilégiez autant que possible financièrement un modèle hydraulique, plus fiable et performant que les modèles à câbles.
  • Choix des roues
    Il existe aujourd'hui 3 formats qui cohabitent pour les adultes : le 26 pouces, le 27,5 pouces (ou 650B) et le 29 pouces, la grande tendance du moment.
    Le 26 pouces est la dimension classique, encore majoritaire. Le 27,5 pouces est un format historique mais oublié, il est en train de faire son retour. Enfin, le 29 pouces est la grande tendance actuelle.
    Plus la taille des roues est importante, plus les relances sont efficaces, plus il est facile de maintenir une vitesse élevée, plus le franchissement des obstacles est facilité et meilleure est la motricité du vélo. En revanche, la maniabilité est moins bonne et l'effort demandé en montée forte peut être plus important (selon le type de transmission).
    Les roues (jantes + roulements + axe) sont un élément essentiel d'un vélo, avec le cadre. Les jantes doivent être rigides, légères et robustes, en particulier pour les pratiques engagées (DH, enduro). Si vous envisagez de pousser votre bike dans ses retranchements ou si vous avez des objectifs de performance, ne négligez pas cet aspect.
  • Choix des pneus
    Lors de l'achat d'un vélo, vous avez globalement le choix entre le tubetype (avec chambre à air), le tubeless ready et le tubeless (sans chambre à air). Le tubeless ready permet de réaliser un montage tubeless sur des roues initialement montées avec chambre à air.
    L'avantage du tubeless est le gain de poids et l'absence de crevaisons. Les montages tubeless permettent de rouler moins gonflé (à partir de 1,8 bars) pour plus de confort, aucun risque de pincement de chambre et un meilleur grip.
    Au delà du montage, il existe une multitude de pneus avec des caractéristiques précises (conditions d'utilisation, résistance, gomme, crampons, section...). Faites vous conseiller dans votre choix.
  • Pédales automatiques ou pas ?
    Les pédales automatiques permettent de clipser des chaussures de VTT pour avoir un meilleur rendement et un pédalage plus efficace. Elles permettent de tirer sur les pédales et nécessitent d'avoir des chaussures compatibles.
    Attention pour les débutants, l'usage de pédales automatiques demande une certaine aisance et il est conseillé de commencer avec des cales pieds traditionnels. Les chutes à l'arrêt notamment sont fréquentes.
  • Choix de la transmission
    La transmission, c'est l'ensemble pédalier, chaîne, cassette, dérailleurs. C'est un élément très important du vélo car ce sont des pièces mécaniques soumises à de fortes contraintes et dont le manque de fiabilité peut avoir des conséquences sur le rendement et le bon fonctionnement du vélo.
    Il existe des simples, doubles et triples plateaux qui sont montés avec des cassettes de 7, 8, 9 ou 10 pignons à l'arrière. Faites vous conseiller en fonction du terrain où vous évoluez car toutes n'ont pas les mêmes finalités. Le sujet est trop technique pour être abordé ici, il devrait faire l'objet d'un article dédié.

Voilà, il existe tout un tas d'autre paramètres à prendre en compte, mais nous avons déjà pas mal dégrossi et avec ça vous devriez faire le bon choix.

N'oubliez pas que pour rouler en sécurité, il vous faudra également investir dans des équipements de protection du pilote, au minimum casque et gants.

N'oubliez pas non plus que votre futur vélo doit susciter l'envie, que vous devez vous projeter dessus et prendre du plaisir, autant à le choisir qu'à rouler avec.

Vos questions et commentaires sont les bienvenus. Si cet article vous a plu, nous vous remercions de le partager via les réseaux sociaux.

Bon ride !